François-Luc Giraldeau et Philippe Laflèche

École dʼarchitecture de lʼUniversité de Montréal – B. Sc. Architecture 2ème année

 

Contact : francois-luc.giraldeau@umontreal.ca / philippe.lafleche@umontreal.ca

facebook : amwrkshp

Twitter : amwrkshp

 

Le projet de logement collectif le022 correspond à une exploration typologique dont le rôle principal est de dynamiser puis de revitaliser un secteur résidentiel de lʼarrondissement du Plateau Mont-Royal. La proposition illustrée est le fruit de nombreuses explorations tant au niveau formelle que programmatique. À la suite de nombreuses visites sur le site, il semblait toutefois indispensable de structurer de façon claire et précise le processus créatif qui allait régir lʼélaboration du projet. Il est important de mentionner quʼune analyse typomorphologique a grandement contribué à la compréhension des enjeux locaux et donc, à la cohérence et à lʼintégration appropriée de lʼéventuel bâtiment au sein du site.

Lʼensemble proposé résulte dʼun désir de mettre en forme les éléments forts quʼil nous ait été donné dʼobserver sur le terrain. Bien quʼil ne soit pas très attrayant au premier regard, le stationnement sur lequel allait sʼimplanter le projet répondait à nos yeux à un besoin dʼespace, contrastant avec la trame urbaine dense, presque hermétique du quartier. Lʼidée de conserver ou de réinterpréter ce vide a en effet largement guidé les principaux gestes architecturaux posés. La mise en évidence de ces réinterprétations du contexte dérive par le fait même dʼune approche axée sur le dialogue, le langage et le vocabulaire entre les composantes bâties ou non.

On remarque également un souci à lʼégard de son impact sur la qualité de vie des résidents des îlots en contact direct ou non avec lʼédifice. Un apport en lumière adéquat, le respect de lʼéchelle humaine et une continuité au niveau de la visibilité commandent en partie certaines modulations géométriques. Le traitement subtil et raffiné de la matérialité dans ce cas le concept dʼimmatérialité et de porosité quʼil est possible de retrouver sous plusieurs formes dans le bâtiment.

Pour ce qui est du bâtiment et de son rapport avec les usagers, il est évident que sa forme et son organisation répondent à une forme de collectivité et de dynamisme social. Le travail des seuils, la circulation fluide et les espaces semi-publics générés complètent lʼensemble continu suggérant un dialogue omniprésent entre les locataires. Traitées de manière rationnelle, les différentes unités permettent tout de même une diversité typologique plus que nécessaire dans un contexte urbain où la mixité sociale et des usages est constamment questionnée.

Il est intéressant de noter que le projet endosse une fonction particulière justifiant une série de choix esthétique. Possédant des ateliers de création liés au secteur de la mode, une attention fine et sophistiquée de certains détails était donc indispensable. De manière générale, le projet le22 traduit explicitement les échanges pouvant sʼopérer entre les principaux éléments constituant le tissu urbain et le rapport des citoyens avec ceux-ci. Il correspond à une réinterprétation contemporaine des défis que représente lʼintégration cohérente dʼun bâtiment de taille considérable dans un secteur distinct de la Ville de Montréal.