Arnaud Chayla & David Ottlik
École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Malaquais – Master 1

arnaudchayla.com
davidottlik.com

Le 15 aout 1947 le sous-continent indien devient indépendant, avec la partition entre la république fédérale de l’Union indienne et la république islamique du Pakistan. Les anciens découpages administratifs et territoriaux, organisés en 554 états princiers sont remplacés par 27 états indiens. Le Punjab perd son ancienne capitale Lahore, qui est devenue pakistanaise. La ville de Chandigarh, s’est construite à partir de 1951 sur un terrain en légère déclivité à l’avant des contreforts de Himalaya a été privilégiée à l’ancienne capitale d’été des britanniques, Shimla, plus difficile d’accès. La grille orientée à 45° conditionnera l’ensemble de la composition de l’habitation à l’échelle des secteurs par rapport au Nord pour se protéger des fortes chaleurs. En hindi, Chandi est le nom de la déesse du pouvoir et garh signifie forteresse. Littéralement = forteresse de la déesse du pouvoir.

La ville de Chandigarh s’est créée ex nihilo à partir d’enjeux de découpages territoriaux stratégiques et coercitifs, tant géopolitiques, administratifs, militaires, industriels que commerciaux, qui se traduisent dans le développement, la définition et la lecture de la ville aujourd’hui.

SECTEUR 17 – Un secteur monofonctionnel de commerces

Localisé/ inséré au cœur du système viaire hiérarchisé, codifié qui trace le schéma régulateur qui dessine la grille/ matrice sectorisée de Chandigarh, le secteur 17 réservé aux seules fonctions commerciales, s’apparente aussi à l’image du ventre de la ville, déjà esquissée par Zola pour les Halles de Paris, selon le modèle anthropomorphique emprunté à Le Corbusier.

Dans cette ville polycentrique, le secteur 17, situé au carrefour géographique de la ville, polarise, draine, irrigue et alimente autour du système constructif bâti générique de Le Corbusier, les flux d’activités économiques formelles/ informelles, et de lourdes infrastructures de transport ( 2 stations de métro, gare routière régionale, 2 autoponts, V1, V2) qui sont vu comme autant de dispositifs urbains qui ont la propension à renouveler, catalyser et hybrider les différentes couches qui composent l’épaisseur de la ville afin de mettre en place des stratégies d’appropriations et d’insertions urbaines locales qui s’insèrent dans des scénarios urbains d’intégration métropolitaine et régionale.

Axonométrie montrant le secteur 17 en son état existant en noir et le projet en rouge

 

Comparaisons de Chandigarh avec d’autres villes

JUGAAD

Le jugaad correspond au système D indien, c’est à dire la capacité d’improviser/ d’organiser la réponse la plus flexible et efficace à donner aux situations et problèmes rencontrés, dans un contexte de faibles ressources et infrastructures adaptées aux besoins.

ENJEUX – Projeter la densification du secteur 17
Chandigarh a été pensée comme une ville à plat, horizontale. Le Corbusier projette une cité jardin alors qu’on attendait une ville radieuse.
Les secteurs de Chandigarh affichent une densité qui varie de 5000 à 25000 habitants au km², pour une densité moyenne totale pour l’ensemble de la ville de 8400 habitants au km². Le secteur 17 a une densité de population quasiment nulle, puisqu’il ne dispose que de très peu de logements (exclusivement militaires).
L’idée de cet enseignement est bien d’inventer un modèle à la fois théorique et pratique d’une ville hybride, qui va passer de 2 millions à 4 millions d’habitants d’ici à 2035 alors qu’elle avait été imaginée et projetée pour n’en accueillir que 150 000.

HYPOTHÈSE

Accueillir 8000 habitants sur le secteur 17

Le secteur 17, coeur commercial de la ville de Chandigarh en Inde


Propositions de densification



Catalogue des nouvelles typologies proposées

Axonométrie montrant le secteur 17 en son état existant en noir et le projet en rouge