KIM HYUN SOO
Atelier Chardon Savard – Créateur de mode, Niveau Ⅱ – Promotion 2013

Facebook
oosnuyhmik@gmail.com

 

«Du surréalisme au Dadaïsme, une collection manifeste qui rassemble l’art et la mode…»
Introspection de sa créativité la collection Archidaïsme est pour le jeune créateur le manifeste de son automatisme psychique. C’est pourquoi la collection a pour programme, simultanément, de mettre à mal tous les codes vestimentaires, jugés nécrosés et réactionnaires, pour en faire table rase, mais aussi d’oeuvrer à bâtir, sur la base d’un extraordinaire vitalisme, une nouvelle conception du vêtement, dont Hyun Soo KIM veut pénétrer l’énergie pour en libérer plastiquement le rythme.
Cette théorie presque invraisemblable aux yeux des branchés, est un parti prit considérable en réaction aux tendances et aux produits commerciaux. À l’intérieur de son manifeste Hyun Soo KIM tend utilise des formes et des volumes simples en subversion avec un objet du quotidiens : le rideau.
Passionné d’art, c’est au début de façon inconsciente qu’il puise ses premières inspirations du surréalisme : « Automatisme pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit soit de toute autres façon, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupa- tion esthétique et morale» ( André breton « Manifeste du surréalisme » en octobre 1924 ) C’est par cette citation que ce dénoue l’énigme de la collection : créer du vêtement surréalisme. Ce style construit sur le vérisme de l’image alors même que le contenu est hautement paradoxal, et même incohérent. Mais le créateurs ne se cantonne pas au simple fait de produire un objet surréalisme pour séduire. En effet quand les yeux sont dessillés, l’énigme de l’image est irréductible au langage.
Car cette introspection créative, rassemble aussi et au delà du propos des effluves lyriques liées aux études sociologiques du créateur sur l’image de la femme dans les religions, elle est ici divinisée, mise à l’état de prêtresse artistique.
L’unité de la collection réside tout au plus dans une commune recherche pluridisciplinaire et une critique des conventions aussi bien artistiques que sociales. Cette nouvelle politique « mode » n’est pas sans rappeler l’univers dada, ainsi Hyun Soo KIM nous présente un vêtement d’art prêt à porter.

Laura Paine

Designer : Hyun Soo KiM / Réalisation : Laura Paine / Photographe : Maxime Frogé / Muah : Omar Bouker