Mathilde Cudeville
Icart Photo / Université de Perpignan


http://www.mathildecudeville.com/
cudevillemathilde@gmail.com

Petites îles perdues dans les brumes glacées de l’Atlantique Nord, l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, est un drôle d’endroit.
Colonisé il y a 500 ans par des pêcheurs normands, bretons et basques, ce bout de terre n’avait raison d’être que par la richesse de ses eaux. Du poisson à foison et notamment de la morue.
Depuis la métropole, ce caillou français me fascinait. Terre de marins, véritable industrie de la morue jusque dans les années 1990, avec ses usines de transformations, ses cinq bateaux de 50 mètres, ses 2500 tonnes de morue par an et ses centaines de dockers. Que reste t’il aujourd’hui de cette belle époque passée.
Un soir d’octobre 2014, j’arrive sur ce lieu presque oublié depuis 20 ans.
Bien loin de mon imaginaire c’est un sentiment de déception, de tristesse qui m’envahit dès les premiers jours. Que reste t’il des vestiges de le grande pêche ? Un vide énorme, un mal être. J’avais l’impression d’avoir échouer dans un lieu en perdition.
A la manière d’un carnet de croquis, ces images reflètent les souvenirs de mes errances photographiques. Ni un voyage, ni une promenade, mais cette expérience du monde qui me renvoie à mes questionnements.
Qu’est ce que je fais là ? Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ? Quel est mon regard ? Que suis-je venu chercher ?
Une nature morte, une maison perdue dans l’immensité d’une tempête en approche, l’image fixée est-elle à la hauteur du moment ? Est-elle le reflet exacte de mon ressenti ? Le souffle du vent oppressant, l’omniprésence du son des vagues, l’impression exaltante de capturer les éléments ainsi que mon excitation à l’approche de l’inconnu en un déclenchement. Cette étincelle déjà éteinte l’instant d’après serait-elle le fruit
de mon imagination?
A travers mes images, je cherche à interroger sur le ressenti universel et profondément subjectif de la beauté du souvenir.
Evaporé depuis des jours, des semaines voire des mois, un instant capturé par le photographe sera-t-il perçu par d’autres de
la même manière ?

Saint-Pierre, décembre 2014.
«Prise au piège», recherche sur la matière.

Saint-Pierre, décembre 2014.
Sans titre, recherche sur la matière.

Matinée brumeuse sur le port de Saint-Pierre, juin 2015.

Saint-Pierre, décembre 2014.

Saint-Pierre, juillet 2015.

Dune Fest, juillet 2015.
3ème édition, musique et feu de camp sur l’isthme entre Miquelon et Langlade.

Saint-Pierre, où le temps semble s’être figé, Octobre 2015.
Recherche d’ambiance.

L’île aux marins, juillet 2015.